L’Opéra Garnier après la fermeture…

Magie et démesure mode : « ON » : J’en ai pris pleins les yeux en visitant l’Opéra Garnier, j’ai même pu accéder à la salle de spectacle ♥. Non je ne suis pas pistonnée je me suis juste inscrite à l’une des visites organisées par Cultival.
………..gift-197-83_visite-dexception1433773266Initialement je voulais faire les coulisses de la Tour Eiffel mais mon chèque cadeau ne couvrant pas cette visite, j’ai choisi tant qu’à faire la plus sympa et la plus chère que je pouvais faire avec mon petit carton. Pas de petits profits naméo !


CULTIVAL

Cultival est un organisme qui « Permet de vivre la culture autrement », en proposant des visites de monuments et de leurs coulisses à mais également un service de billetterie.

Ils ont certaines exclusivités comme les Coulisses de la Tour Eiffel, les Invalides, la Garde Républicaine…

SITE DE CULTIVAL

1509767_618497071567314_1702861197224446629_n


LES MYSTÈRES DE L’OPÉRA GARNIER

Présentation de la visite :

« Qui n’a jamais rêvé de pouvoir rester enfermé dans ce Palais aux mille secrets, tel le célèbre fantôme…de l’Opéra ? C’est ce sentiment unique que vous propose de vivre notre guide, à travers les méandres de ce trésor artistique.

Perdez-vous dans les couloirs, appréciez le silence qui n’existe pas puisque le lieu vit par lui-même, émerveillez-vous par la richesse de son architecture et le foisonnement de sa décoration. La troublante Pythonisse vous saluera avant d’emprunter le majestueux Grand Escalier, menant à la salle de spectacle, aux salons et aux foyers.

Une visite guidée hors du temps. »

Hors du temps, c’est bien le mot.

Visite à 17h rdv devant la caisse des visites guidées… (comprendre l’entrée de gauche !)

Arrivée par la ligne 1, je ne peux résister à l’appel de Millie’s Cookies. Pour l’occas je vous extirpe une vieille photo, ne cherchez plus la jolie boite métal il ne la font plus, mais les cookies sont tjs aussi délicieux. Mon chouchou, le framboise chocolat blanc ♥

Millie's Cookies

Millie’s Cookies

Quatre corners sur Paris :

  • Métro Opéra sortie place de l’opéra… la sortie de métro sur l’espèce de gros rond point en face de l’opéra
  • Métro Gare de Lyon, quand on arrive par la ligne 1 et que l’on se tape les km de couloir pour rejoindre la gare.
  • Gare de Lyon, au niveau des quais Hall 1 face aux voies K/L, à coté du point tourisme.
  • République, entrée angle Place de la République / Rue du Faubourg du Temple (le connais pas celui là)

Boulottage de cookies terminé direction la rotonde des abonnés pour ma visite. Il y a pleins de groupes, moi qui pensais être « seule », en fait cette visite à un succès fou ! J’ai l’impression de partir en colo, on nous regroupe en fonction de la langue. Petite poussée d’adrénaline ! Heu j’ai bien réservé en français hein !! Ouf oui.. je l’ai échappé belle.

Notre guide, un petit bout de femme hyper dynamique à l’accent chantant se présente, elle est italienne d’où son accent. Ça c’est fait… en piste. Très vite une fièvre s’empare d’elle et elle nous fait cette visite comme un show à la mode Comédia del Arte, un vrai petit pitre qui donne l’impression de nous raconter les derniers ragots de l’empire. Je suis fan ! Si on pouvait choisir nos visites selon le guide je signe direct pour tout le programme Cultival de ses visites !

Heureusement comme elle prends son temps et ponctue la visite d’anecdotes nous sommes vite distancés par les autres groupes, il est donc plus facile de se croire seul dans l’Opéra et c’est là que la magie opère.


 LA VISITE

J’apprends pleins de choses super intéressantes sur ce monument… mais de là vous les retranscrire à la perfection c’est pas gagné.

En gros… avant  l’opéra était rue Le Peletier. Petit, majoritairement en bois et entièrement allumé au gaz & bougies avec une entrée commune pour tout le monde, empereur, noblesse et… le reste. En 1858, Napoléon III et l’impératrice Eugénie échappent à un attentat. Il décide donc de faire construire un opéra plus grand avec plusieurs entrées.  C’est le Baron Haussmann, alors préfet de la Seine et qui réhabilite une grande partie de la ville qui est chargé de choisir l’emplacement.

Eugénie, très (très… très très) proche de Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc aimerait bien qu’il réalise l’édifice, mais ne pouvant afficher son favori de la sorte, un concours est alors organisé. Il réunit 171 architectes et le choix est réalisé « à l’aveugle » par un jury. Oups, le chouchou de l’impératrice est sorti au premier tour avec d’autres grands architectes de l’époque !

C’est Charles Garnier, outsider de 35 ans qui est retenu pour le projet. Il sera officiellement nommé le 06 juin 1861 et il commencera les travaux fin août.

Charles Garnier

Charles Garnier

Pour l’anecdote, lorsque Charles Garnier présenta ses plans à l’Impératrice, elle dit : « Quel est donc ce style ? Ce n’est pas du grec, ni du Louis XV, ni du Louis XVI ! »  Il lui répondit alors : «C’est du Napoléon III, Madame !» et par là même lança le style 😉

La Rotonde des Abonnés

Charles décide de signer son oeuvre. Cela ne se fait absolument pas à l’époque mais il intègre sa signature à un endroit stratégique où passent les visiteurs les plus aisés. En plein dans la rotonde des abonnés. Et oui, les temps changent mais certaines choses restent identique, les abonnements c’était déjà pour les plus riches.

Opéra Garnier / LilyB 2015

Plafond de la rotonde des abonnés

  La fameuse signature de Charles (oui je l’appelle par son petit nom) se trouve dans l’entrelacs de lettres

Photo : Opéra de Paris

Photo : Opéra de Paris

Pour vous donner une idée de l’ensemble voici une photo chipée sur le site de l’opéra. Il y avait bien trop de groupes au début de la visite pour que je puisse moi même réaliser une telle photo ! Ha et oui c’est aussi grand et grandiose qu’il y parait ♥

Le Bassin de la Pythie

En suivant le chemin emprunté par les abonnés nous arrivons en face de la statue de La Pythie dans son bassin (vide). Modelée par La duchesse de Castiglione Colonna en signant sous le pseudo de Marcello. Notre guide nous a raconté pleins de jolies choses sur cette statue dont on voit apparaître un sein (scandale) mais j’étais totalement absorbé par le travail des plafonds et j’ai totalement décroché.

Photo de moi VS photo Opéra de Paris… C’est pas juste eux ils étaient seul (Mode jalouse)

Le Bassin de la Pythie / Photo Opéra de Paris

Le Bassin de la Pythie / Photo Opéra de Paris

Le Grand Escalier

Empruntant en suite l’escalier, notre guide nous montre une sculpture de salamandre dissimulée en bas de la rampe. L’opéra de la rue le Pelletier ayant brûlé, (comme beaucoup de construction de l’époque) Charles Garnier construit celui-ci entièrement en pierre (marbre). Pour cacher les tuyaux et autres conduits dans les recoins il y a déposé de petites salamandres en guise de mascotte / protection / cache raccordement. Pour anecdote la salamandre est un animal qui ne brûle pas, car cet opéra ne peut brûler ! (Non j’ai pas essayé pikoiencore! Pauvres zanimo)

Crédit Photo : ecolebrecheauxloups.net

***

Nous voilà au pied du grand escalier. Comprendre « la montée des marches du Festival de Cannes de l’époque ». C’est démesuré et tellement beau que ça en donne le tournis. Du marbre en veux-tu, en voilà et des marches… des marches… mais super bien pensées !

Grand Escalier / Photo : Opéra de Paris

Grand Escalier / Photo : Opéra de Paris

Palais_Garnier_Grand_Escalier_d'Honneur_-_Garnier_1880_vol2_plate8Remettons l’Opéra à son époque.

Les dames ont de magnifiques robes longues et montrer ses chevilles c’est juste hors de question. Il faut donc d’une main tenir sa robe pour monter mais ne pas trop la soulever pour ne rien dévoiler et de l’autre poser sa main sur celle de monsieur qui va la tenir très haut pour bien monter les jolis bijoux qu’il vient d’offrir à madame.

En fait ces escaliers sont un théâtre à eux seul. On parade et on regarde les autres parader grâce aux balcons qui sont disposés tout autour de cette montée spectaculaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Opéra Garnier / LilyB 2015Je ne sais ou fixer mon regard… et ce plafond !

Peint par Isidore Alexandre-Auguste Pils, on y voit Apollon triomphant sur son char, Orphée charmant les animaux au son de la lyre, Minerve la déesse grecque de la sagesse, et la Ville de Paris sous l’aspect d’une femme recevant le plan du Nouvel Opéra.

Opéra Garnier / LilyB 2015

Plafond du grand escalier de l’Opéra Garnier / LilyB

La Salle de Spectacle

Déambulation dans les couloirs puis …. La Salle de Spectacle ♥ Ha ok c’est donc ça l’opéra ! En fait c’est vraiment classe… oui bon je sais parfois je suis un peu naïve… mais je ne m’attendais pas du tout à ça… bon je savais pas trop à quoi m’attende mais là c’est grandiose. Il faut dire que les robes des dames étaient volumineuses donc les places sont très cosy.

10300108_10206402503995184_5123341595253266051_n

Les loges sont de mini appartements avec une entrée puis un rideau une pièces pour se détendre, dormir, manger, jouer… ou autre.. un rideau puis les sièges pour voir le spectacle. Charles Garnier a envisagé ces loges comme une extension du domicile des abonnées pas besoin de voir tout le spectacle l’important était se de faire voir à l’opéra !

La loge la plus célèbre est bien sur celle … Loge du fantome

On ne peut quitter cette salle sans parler de son plafond… et oui on passe bien la moitié de la visite le museau en l’air… Repeints pas Marc Chagall en 1963 à la demande de André Malraux. (Ministre des Affaires culturelles)

header-plafond

Plafond Opéra Garnier / Photo : Opéra Garnier

Opéra Garnier / LilyB 2015

Vous dire que « c’est moche » ne serait pas très judicieux. Personnellement je ne suis pas adepte de l’ouvre de Chagall d’une manière générale donc ici pas plus qu’ailleurs. Je trouve les couleurs criardes et cela tranche à mon avis avec ce lieux magique. Mais d’autres avant moi ont parlementés sur le sujet et une oeuvre reste une oeuvre.

Il faut savoir que cette peinture remplace l’oeuvre initiale de Jules Eugène Lenepveu qui est heureusement toujours visible au musée d’Orsay (ouf)

lenepveu-muses.-.-.study-opera-garnier

Comme ma photo n’est pas terrible vous pouvez admirer l’oeuvre de Chagall grâce à Google et zoomer ++++ / CLIQUEZ SUR L’IMAGE

Plafond Marc Chagall

Vous n’avez pu louper le gigantesque lustre de près de 8 tonnes (rien que ça) qui trône au centre de la salle.

Avant de sortir parlons un peu de la scène. Rideau baissé nous ne voyons pas grand chose mais notre guide nous dit que l’arc de triomphe tiendrait derrière le rideau en comptant scène et arrière scène et machinerie (si tout était vide bien sur) Sur le site de l’opéra je trouve les dimensions :

« La scène, qui a 60 m de haut sur 48,5 de large et 27 de profondeur, … La superficie de la scène est de 1 200 m2, ce qui en fit longtemps l’une des plus vastes au monde. À titre d’exemple, le théâtre de la Comédie-Française tout entier tient dans la cage de scène du palais Garnier. »

L’Opéra Garnier / Source : Internet

Le Foyer

Si vous n’avez pas été soufflé par la salle de spectacle vous serez sur le popotin avec le grand foyer :  54 m de long, 13 m de large et 18 m de haut. Ce vaste espace a été installé à l’étage le plus noble du théâtre, (à proximité des loges). Il était dédié au repos, à la flânerie et aux mondanités.

Opéra Garnier / LilyB 2015

Le grand Foyer / Photo LilyB

Peintures de  Paul Baudry , pour anecdote dans une des peintures on peut voir Charles Garnier, son épouse et Paul Baudry grimé en spectateur d’une une des scènes peintes. De part et d’autre du foyer deux têtes ornent les arcades menant aux autres pièces. Encore une fois nous retrouvons Charles Garnier pour le monsieur et son épouse pour la tête de madame. C’était un sacré coquin ce Charles !

Opéra Garnier / LilyB 2015

Plafond du Grand Foyer de l’Opéra Garnier / Photo : LilyB

Une fois de plus « google est mon ami », on peut zoomer sur ce chef d’oeuvre :

CLIQUEZ ICI

La visite est quasi terminée…. J’ai essayé de partager avec vous mon expérience sans trop en dire pour celle est ceux qui voudraient à leur tout visiter cet édifice. Pour celles et ceux qui ne sont pas sur Paris ou les curieux vous pouvez voir l’intégralité de mes photo sur ma page FB : Lien direct pour l’album FB

10439032_1664751093759978_497576537698081647_n

Le nouvel Opéra de Charles Garnier fut inauguré le 5 janvier 1875 sous la présidence du Maréchal Mac-Mahon, soit 14 ans après le début des travaux. Entre guerre / grèves et changement de politique le pauvre Charles Garnier ne fut pas entièrement rétribué pour son oeuvre, il a même du en payer une partie de sa poche car les successeurs de Napoléon III se servaient du « ce n’est pas moi qui ai demandé cette construction, pourquoi je devrais-je payer ! ». Charles à même du payer sa propre place pour pouvoir rentrer le jour J !


LES PETITS PLUS

Avec toutes mes recherches pour cet article, google et moi on est devenu super pote et je partage avec vous certains « bon plan »

Premièrement une coupe de l’Opéra. Promis ça lui a pas fait mal !! Arrivez vous à retrouver les différents lieux abordés dans l’article ? On comprends mieux comment faire rentrer l’arc de triomphe dans l’espace de la scène hein !!

Opera-garnier_Coupe1

Allez petite visite virtuelle de tout ça… attention faut avoir la souris bien accrochée ça bouge vite du deuxième sous sol au 7 ème en comptant un entresol google vous offre un accès privilégié à l’opéra. Loges, scène arrière scène, salle de répétition… tout y passe

Visite Opéra Garnier

Cliquez sur l’image ou cette ligne pour accéder à la visite virtuelle de l’Opéra Garnier

Vous arrivez direct sur la scène mais les chiffres vous permettent de naviguer dans les étages


MYTHES ET LEGENDES

Le Lac de L’Opéra

Le savez vous, il existe un lac sous l’Opéra.

La première fois que j’en ai entendu parler c’était par des amis pompiers qui y planifiaient une plongée en bouteille. Il a été question un moment que je les accompagne, j’ai même eu droit à mon baptême de plongée pour l’occasion mais pb de timing et mauvais emploi « j’avais travail » le jour de leur trempette. Ils m’ont avoué après car j’étais toute dépitée d’avoir loupé le coche que ct en fait juste une trappe et plouf direct dans l’eau et que c’était super sombre… m’en fiche moi je voulais y aller Ouinnnnnnn !!!

Lors de ma visite avec Cultival j’ai appris l’origine de ce fameux « lac » le terrain choisi par le Baron Haussmann était certes bien placé dans le Paris Haussmannien, mais d’un point de vue géologique pour un bâtiment de cette taille ce n’était pas trop ça. Au moment de creuser les fondations ils ont atteins la nappe phréatique et l’eau a envahi le chantier. Charles Garnier a alors construit une cuve en béton pour contenir cette eau.

  • Dimension de 50 m x 25 m
  • Profondeur : 3 mètre
  • 2 500 m2 ou 100 000m3 d’eau
Lac Opéra

Lac de l’Opéra / Capture Google View

Notre guide nous a dit avoir vu un reportage sur ce fameux lac tourné avec une petite barque… Curieuse et travaillant sur place elle a demandé à y jeter un œil et elle a confirmé : C’est une trappe on ouvre, c’est tout sombre et elle a rajouté çà sent pas bon !

En fait ce n’est pas vraiment un lac… et google toujours aussi génial permet d’en faire la visite. Trop contente !!!!!

Oui heu…. effectivement c’est pas un lac du tout. Limite je suis contente de pas avoir fait trempette là dedans et pour la photo sous marine on repassera !

Allez pas de jaloux tout le monde grâce à la technologie on peux maintenant tous voir ce fameux « lac ».

Visite Lac

Cliquez sur l’image ou ici pour naviguer sur le lac

Les Toits de l’Opéra

Partie inaccessible aux public mais pourtant construite initialement pour s’y balader selon les plans de Charles Garnier.

De nombreux films ou feuilletons y ont été tournés. J’ai quelque part l’image des petits rats de l’opéra gambadants sur cette toiture dans le feuilleton »L’Âge heureux » d’après le roman Odette Joyeux.

 

Toits OpéraCliquez sur l’image ou ici pour une balade en toiture

Les Ruches de L’Opéra

Toujours sur ce fameux toit on retrouve des ruches installées par Jean Paucton, au début des années 1980. Le miel parait il un des meilleurs du monde (pas testé ! lol! )

Miel de l’Opéra Garnier 15€ (Lien Boutique ici)


ADRESSE

Opéra national de Paris – Palais Garnier

Entrée du Palais Garnier
Angle rues Scribe et Auber
75009 Paris

Site internet Opéra National de Paris

Page spéciale Visites

Pour se rendre au Palais Garnier :
Métro: Opéra, lignes n° 3, 7, 8
RER : station Auber, ligne A
Bus : lignes 20, 21, 22, 27, 29, 42,52, 53, 66, 68, 81, 95
Parking : Galeries Lafayette


 

… FIN …

Cet article est probablement le plus complet et le pus long que j’ai jamais rédigé et j’en suis plutôt fière.

Si vous lisez ceci c’est que vous avez tenu bon. J’espère vous avoir donné envie de visiter ce monument et avoir su partager cette magie avec celles et ceux qui ne sont pas sur Paris.

N’hésitez pas à laisser un avis / commentaire et dites moi ce que vous en avez pensé !


 

Publicités

Un truc à dire ? C'est à vous !!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s